• Kyvenz Amédée

L'entretien thérapeutique

Mis à jour : 25 nov. 2020

C'est le matin. La brise souffle, doucement, pour ne pas déranger. La ville n’en est pas encore au réveil: certains travaillent déjà, mais d’autres dorment encore… Pour une énième fois, aujourd’hui, dans ce petit bureau situé sur la Grande Rue – ce bureau petit mais chèrement meublé -, deux âmes se rencontrent…


(Le psy) – Comment va la vie aujourd’hui?


(Le client) – Comment va la vie? Quelle vie? Vous voulez dire: ”comment va l’instant”…


(Le psy) – L’instant?


(Le client) – Tout à fait, l’instant! Je m’explique: D’un point de vue statistique, si je travaille huit heures par jours comme le font la plupart des gens, un peu après l’âge de la retraite, j’aurai travaillé un tiers de ma vie. Si je tiens compte en plus, des huit heures par jour que je dors en moyenne, je peux dire sans grands risques de me tromper, que j’aurai dormi un autre tiers de ma déjà trop courte vie. Alors au bout du compte, qu’est-ce qu’il me reste? Un tiers. Un malheureux fichu tiers.


- Les médecins ont parfois la lourde tâche d’annoncer à leurs patients qu’il ne leur reste que 6 mois, ou 3 mois ou tant de jours… Mais personne ne vous dit jamais à votre arrivée dans ce bas monde trop bas, qu’il ne vous reste qu’un fichu tiers à vivre! Vous me suivez?


(Le psy) – Je vous suis.


(Le client) – Je poursuis donc: De ce malheureux fichu tiers qu’il me reste à vivre, si je déduis toutes les heures supplémentaires travaillées, les pertes de temps, les jours de peines, d’échecs, les jours sans argent, les opportunités manquées, les jours passés en prison – euh… oui, j’ai fait un peu de prison… -, les jours plongé dans le doute face à l’avenir, à l’amitié, à l’amour… et encore tous ces jours que j’ai oublié – peut-être parce qu’ils n’ont servi à rien -, n’ai-je pas raison de dire que la vie n’est en fait qu’un instant, un instant bref, un fichu malheureux tiers d’instant trop bref?!


(Le psy) – Avez-vous des regrets?


(Le client) – (silence) … Je crois que je regrette de ne pas avoir vécu autrement, de ne pas avoir vécu pleinement… Je ne dis pas que tout a été gâchis; seulement, je n’aurais pas des années durant léché les bottes de mes patrons, négligé ma santé pour financer une maison… J’aurais travaillé à mes rêves, à ceux qui ne coûtent rien d’abord, puis à ceux qui coûtent, mais qui valent plus que l’or… J’aurais aimé ma femme, mes enfants bien plus fort… J’aurais condamné les choses condamnables, détesté les choses détestables, plutôt que de les accepter à tort… J’aurais voyagé, J’aurais été au musée, à Québec, à l’église. L’église… (silence)


- Je pourrais aller à l’église, faire la paix avec Dieu… on m’a dit qu’il peut y changer quelque chose… aux statistiques. Si c’est vrai, j'ai peut-être une chance de tout recommencer.


- Vous m’écoutez toujours? (silence) … vous pleurez?!

#existentialisme #thérapie #Dieu #église #bonheur #vie #question #conversation #counseling

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Restons connectés.

  • Facebook
  • Instagram
  • Twitter
  • YouTube

©2020 Amédée & Co.

Joignez-vous à Kyvenz toutes les semaines à l'église Gospelvie 

1455 avenue Papineau, Montréal QC (Canada)

👉 gospelvie.com  |  info@gospelvie.com